Qui est Aiko Gryspeirt ?

  • Scientific Advisor chez Innoviris.
  • Bruxelloise.
  • Passionnée par les sciences, la recherche appliquée, les contacts humains et les relations entre sciences et société

Le mot-clé

« Synergies » : s’il fallait résumer le profil d’Aiko en un seul mot, ce serait celui-là. Synergies indispensables entre sciences, mathématiques, bio-informatique et santé publique pour son parcours académique. Entre secteurs d’activités de l’économie bruxelloise. Entre acteurs académiques, industriels et hospitaliers pour l’innovation en matière de santé, son core business.

Un job au cœur de l’innovation

Innoviris soutient l’innovation technologique à travers le financement de projets de recherche bruxellois menés par des entreprises, des organismes de recherche et des acteurs du secteur non marchand. En tant que Scientific Advisor, Aiko y réalise avant tout un métier de terrain.

Sa mission consiste à analyser les projets soumis par les entrepreneurs et organismes de recherche. Cela implique une connaissance large des secteurs impliqués, mais aussi et surtout des rencontres avec les porteurs de projets. Afin de les challenger, de cerner avec eux les risques scientifiques et de les évaluer.

Grâce à sa connaissance du terrain et à son expertise, Aiko rédige et coordonne certains appels à projets d’Innoviris. L’objectif est d’encourager le développement et la recherche à Bruxelles, en proposant aux acteurs des thèmes précurseurs et porteurs, dans des secteurs prioritaires.

Un projet sous la loupe

Aiko travaille notamment sur l’appel à projets R&D collaboratifs. Ce programme vise à stimuler certains secteurs d’avenir, en soutenant financièrement des projets concrets impliquant la collaboration entre les mondes académique et industriel en Région de Bruxelles-Capitale.

Après deux éditions dédiées à l’IT, l’appel 2019 se consacre à un autre secteur prioritaire pour la Région bruxelloise : la santé. Et plus particulièrement la médecine prédictive, une thématique qui concerne de nombreux acteurs. La médecine prédictive s’inscrit dans une vision durable de la santé, une optique de prévention et de prédiction (des maladies, des épidémies, des réponses thérapeutiques…) plutôt que de traitement. Cette évolution indispensable résulte d’interactions entre divers secteurs d’innovation : biotechnologie, informatique, imagerie, medical devices… Des secteurs où les compétences académiques et industrielles bruxelloises sont particulièrement riches.

Bruxelles, City of Innovators

Aiko vit à Bruxelles, où elle a effectué la majeure partie de son parcours académique. « La Région de Bruxelles-Capitale est un terreau fertile pour l’innovation, car elle est particulièrement riche en compétences académiques et industrielles. Dans le domaine de la santé, l’innovation est spectaculaire, grâce aux synergies entre divers secteurs technologiques de pointe. »

Son parcours

Dédié aux sciences, à la recherche appliquée et au secteur public, le parcours d’Aiko est hétéroclite. Après un master en biologie et des formations en bio-informatique et santé publique, elle effectue un doctorat à la faculté de bioingénieurs de l’Université libre de Bruxelles, puis réalise deux post-doctorats : le premier en épidémiologie animale, le second en épidémiologie spatiale.

Elle intègre ensuite l’Université de Namur en tant que Technology Transfert Officer (TTO) puis rejoint l’Institut scientifique de Santé publique (Sciensano). Depuis 2016, elle travaille dans le département scientifique d’Innoviris, comme spécialiste de la santé et des sciences du vivant.

Dans son job, elle aime…

  • être au courant des dernières avancées technologiques
  • rencontrer et challenger les porteurs de projets
  • le sentiment d’avoir un impact, de participer à l’innovation, au développement et à la valorisation de la Région de Bruxelles-Capitale
  • la vision sur l’évolution de la société : les sciences, oui, mais dans un contexte concret, avec des acteurs, des bénéficiaires et des enjeux sociétaux
  • la diversité des projets soumis

« Je suis très heureuse dans mon job. Je ne suis plus dans le laboratoire mais ma curiosité est stimulée chaque jour. J’ai toujours aimé voir où va la recherche, l’innovation, et comment elle contribue au développement de la société. »

3 conseils aux innovateurs bruxellois

  • Savoir s’entourer
  • Bien se préparer
  • Oser

Innovation & santé à Bruxelles : quelques chiffres

  • 23 hôpitaux, dont 9 de + de 500 lits
  • € 37 millions : le record de levée de fonds, réalisé par Camel IDS, spin-off de la VUB
  • 1 incubateur bruxellois, BLSI, spécialisé en sciences de la vie et santé
© 2019 Région de Bruxelles-Capitale. Tous droits réservés.